L’anatomie du hamster

L’anatomie du hamster
3.7 (73.33%) 3 votes

La constitution du hamster laisse deviner qu’il est un fouilleur invétéré des profondeurs. Son corps de forme cylindrique est doté d’une gracieuse ossature, qui rend cependant l’animal extrêmement vulnérable aux fractures.

 

Corps et pattes

Les hamsters ont une silhouette plutôt ronde, avec des pattes courtes qui semblent fléchir sous le poids du corps. Mais elles sont très jolies et très efficaces, quand on voit comme les hamsters courent vite et fréquemment.

Pattes et orteils : les pattes antérieures du hamster sont puissantes et musclées, et comportent quatre orteils, ainsi qu’un pouce rudimentaire atrophié. C’est à l’aide de ces orteils que le hamster creuse la terre, grimpe ou fait des pirouettes. Les pattes postérieures, plus faibles mais comportant cinq orteils bien formés, servent de “pelles” pour rejeter vers l’arrière la terre que le hamster a grattée, ou d’appuis lors des escalades.

Abajoues

Les abajoues sont caractéristiques des hamsters, qui s’en servent comme de véritables poches. L’animal y amasse et y transporte les aliments. Dans la nature, il ne mange pas sur place, mais rapporte la nourriture au nid, où il peut manger sans être dérangé et crainte de servir à son tour de proie.

L'anatomie 3

Comparées au corps, les abajoues sont immenses et s’étendent de la gueule jusqu’aux épaules. Elles peuvent contenir un grand volume. Pour les vider, le hamster les frotte d’avant en arrière.

Les abajoues : ce sont des sacs de peau, qui s’ouvrent à l’intérieur des lèvres et vont jusqu’aux épaules. Elles servent au hamster en premier lieu à transporter la nourriture qu’il ne consomme pas immédiatement. Elles sont si grandes que, lorsqu’elles sont pleines, le corps du hamster double de volume. Il peut y stocker jusqu’à 18 g de nourriture. Les abajoues ne jouent aucun rôle dans le processus de digestion. Par contre, elles peuvent être un moyen de défense très utile : souvent, pour impressionner un ennemi, le hamster les gonfle en les remplissant d’air.

L'anatomie 2

Denture

Les hamsters sont des rongeurs, ce qui signifie que leurs incisives croissent en permanence. Ils ont aussi douze molaires dotées de racine, mais celles-ci cessent de pousser. Les hamsters ont besoin de disposer en permanence de matériaux à ronger, afin d’user régulièrement leurs incisives.

L'anatomie 5

Une puissante mâchoire : comme presque tous les rongeurs, le hamster a 16 dents, 2 incisives et 6 molaires par mâchoire. Les incisives, en forme de burin, n’ont pas de racines, leur croissance n’est donc jamais terminée. Elles se liment d’elles- mêmes quand le hamster mange. Les muscles masticateurs sont particulièrement développés.

Yeux

Les hamsters n’ont pas une bonne vue. Mais leurs yeux peuvent voir indépendamment l’un de l’autre, car ils sont situés sur les cotés de la tête. Cela leur procure un large champ de vision, mais ils voient flou de près et ont du mal à évaluer les distances et les hauteurs.

En revanche, ils voient très bien dans la pénombre. La plupart des hamsters domestiques ont les yeux brun foncé, mais il existe des individus aux yeux rouges (albinos). Les albinos souffrent souvent de problèmes visuels. Leur rétine ne possédant pas de pigments, ils sont très sensibles à la lumière. Une exposition de quelques heures à une lumière intense peut endommager irréparablement la rétine.

Les hamsters ont des yeux relativement grands, légèrement proéminents comme chez la plupart des animaux nocturnes. Ils sont presbytes et n’ont pas une acuité visuelle particulièrement élevée. Mais la position latérale des yeux donne au hamster un bon champ de vision (110° environ), ce qui lui permet de repérer ses ennemis à temps.

 

Oreilles

Les oreilles en forme d’entonnoir sont couvertes de poils afin d’empêcher le sable et la terre d’y pénétrer lorsque le hamster creuse. Elles sont très efficaces et perçoivent des sons très faibles. On suppose qu’elles entendent même les ultrasons, totalement inaudible pour les humains.

L’ouïe du hamster est bien nette. Il perçoit même très vraisemblablement des ultra-sons. Par ailleurs, les hamsters sursautent quand ils entendent, à proximité, des sons aigus ou crissant, qui contiennent presque toujours une part d’ultra-sons. En outre, l’ouïe est très différenciée : tous les hamsters apprennent très vite à distinguer la voix de la personne qui s’occupe d’eux de celle d’autres personnes.

L'anatomie 4

Les hamsters perçoivent et distinguent bien les hauteurs de son et reconnaissent rapidement la voix de leur soigneur. Les oreilles sont très mobiles et s’orientent dans plusieurs directions. Quand ils ont besoin de calme pour dormir, leurs oreilles se referment et se replient sur le dos.

 

Nez

Les hamsters ont un odorat performant. C’est vital pour eux, car ils vivent dans un monde d’odeurs. Chaque animal possède une odeur unique. Ils reconnaissent à l’odeur ami, ennemi, famille, partenaires sexuels et maladies. Ils marquent les limites de leur territoire avec des marqueurs odorants, leur urine et leurs crottes.

Ainsi, les rivaux savent immédiatement de quoi il retourne. Les marqueurs odorants sont secrétés par une glande spéciale située au milieu du ventre.

L’odorat : il est extraordinairement différencié. Le hamster vit dans un monde d’odeurs. Les bonnes relations d’un couple de hamsters peuvent se transformer rapidement en une hostilité féroce si un animal se trouve séparé de l’autre, transporté dans un autre cadre, caressé par des mains inconnues, ou mis dans la cage d’un autre hamster. Il faut le savoir et faire en sorte de ne pas perdre l’odeur de groupe chez des animaux qui s’entendaient bien jusqu’alors, si l’on veut les laisser ensemble.

Or cette odeur de groupe peut se perdre rien qu’en séparant les animaux par un grillage, à l’intérieur d’une même cage, parce qu’ils n’ont plus la possibilité de se faire leur toilette mutuellement, ni de dormir nichés les uns contre les autres. Il est alors totalement impossible de réhabituer l’une à l’autre des femelles d’une même portée, on peut y arriver pour un couple, mais il faut beaucoup de patience et de nombreux essais.

 

Vibrisses

Les très nombreuses vibrisses sont équipées de nerfs sensibles et servent à l’orientation du hamster. Il y en a non seulement sur la tête, mais aussi sur le corps et sur les pattes. Très sensibles, elles permettent à l’animal d’enregistrer le moindre mouvement d’air et de répéter l’obstacle.

Dans la nature, cette faculté est vitale. Entrant dans un petit terrier avec les vibrisses touchant les parois, le hamster sait immédiatement que le passage est trop étroit pour lui. S’il restait coincé, il deviendrait une proie facile.

Le hamster s’oriente à l’aide de ses vibrisses. Elles le renseignent sur la présence d’obstacles en chemin, ou sur le passage par une ouverture étroite. Ce sont d’excellents organes tactiles.

L’estomac

Encore une particularité, que le hamster partage d’ailleurs avec d’autres rongeurs : il possède un estomac à deux cavités. La nourriture est prédigérée dans le “jabot”, la plus grande des deux cavités, puis dissoute dans l’estomac.